fbpx

Comment éviter les crises de boulimie en tant que végétalien

Les troubles de l’alimentation, y compris les crises de boulimie, sont plus répandus chez les végétaliens que dans la population générale.Voici tout ce que vous devez savoir sur les troubles de l’alimentation et comment prévenir les crises de boulimie en tant que végétalien.

Les troubles de l’alimentation

Tout d’abord, les troubles alimentaires se développent souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte et touchent jusqu’à 5 % de la population.

Les troubles de l’alimentation sont des troubles du comportement caractérisés par une perturbation persistante des habitudes alimentaires. Elles sont souvent accompagnées de pensées et d’émotions bouleversées. Les personnes atteintes de troubles de l’alimentation ont tendance à se préoccuper excessivement de la nourriture, de leur poids et de leur forme.

De plus, les conséquences des troubles de l’alimentation peuvent avoir un impact négatif sur le bien-être physique, psychologique et social, ainsi que sur la capacité de fonctionner.

Trouble de l’hyperphagie boulimique

Les personnes atteintes de troubles de l’hyperphagie boulimique connaissent des épisodes de boulimie, définies comme la consommation de grandes portions de nourriture durant une brève période de temps. Les épisodes de frénésie alimentaire se caractérisent par une détresse émotionnelle et un sentiment de manque de contrôle.

L’hyperphagie boulimique diffère de la boulimie nerveuse. En effet, les personnes souffrant de boulimie n’utiliseront généralement pas de comportements compensatoires (vomissements, jeûne, pratique d’exercices intenses ou utilisation de laxatifs) pour se débarrasser des calories ingérées.

L’hyperphagie boulimique est diagnostiquée lorsque les crises de boulimie sont récurrentes (au moins une fois par semaine pendant trois mois) et associées à une perte de maîtrise de soi.

De plus, au moins trois des comportements suivants doivent être présents :

  • Manger plus rapidement que la normale
  • Manger jusqu’à être inconfortablement rassasié
  • Manger de grandes quantités de nourriture sans avoir faim
  • Manger seul parce qu’on se sent gêné par la quantité de nourriture ingérée
  • Se sentir dégoûté de soi, déprimé ou très coupable par la suite

Alimentation désordonnée

Si une personne vit des crises de boulimie fréquentes mais ne répond pas à tous les critères d’un trouble de l’hyperphagie boulimique, cela signifie-t-il qu’elle n’a pas vraiment de difficulté avec la nourriture ? Pas exactement.

Même en l’absence de certains des traits d’un trouble de l’hyperphagie boulimique, les personnes qui éprouvent des crises de boulimie régulières peuvent ressentir de la détresse, un manque de maîtrise de soi et d’estime de soi, ainsi qu’un isolement social.

L’hyperphagie boulimique et la suralimentation sont-elles la même chose ?

Bien que la boulimie et la suralimentation impliquent de manger mécaniquement au-delà de la satiété, il existe des distinctions fondamentales entre les deux.

Des exemples de suralimentation seraient de manger une part de gâteau d’anniversaire alors que nous sommes rassasiés ou de prendre une deuxième portion d’un délicieux repas préparé par un ami, même si nous n’avons plus faim. Bien que trop manger puisse causer un inconfort physique, cela ne cause pas nécessairement de culpabilité.

D’un autre côté, un épisode de frénésie alimentaire ou d’alimentation émotionnelle prend souvent lieu lorsque la personne est seule. De plus, il sera généralement accompagné d’un sentiment de honte. Par exemple, l’individu pourraient consommer une large pizza entière et éprouver du regret instantanément.    

Les troubles alimentaires sont-ils gérables ?

Les troubles de l’alimentation peuvent souvent être associés à des troubles de l’humeur et à l’anxiété. Ce sont des conditions multifactorielles qui peuvent nécessiter de la psychothérapie, de la thérapie comportementale et une assistance médicale.

Avec des soins adéquats, il est possible d’adopter de saines habitudes alimentaires et de gérer un trouble alimentaire. Contactez notre équipe de diététiciennes spécialisées dans les troubles alimentaires pour savoir comment nous pouvons vous aider à développer une relation plus sereine avec la nourriture.

binge eating vegan

L’hyperphagie boulimique chez les végétaliens

Quelles sont les causes de l’hyperphagie chez les véganes?

Causes psychologiques

Premièrement, les crises de boulimie peuvent être fortement liées à nos humeurs et à notre état d’esprit. Des niveaux accrus de stress et d’anxiété, une mauvaise image corporelle et une faible estime de soi peuvent contribuer à l’initiation de l’alimentation émotionnelle et à la boulimie.

Comportements acquis

Deuxièmement, les comportements autour de la nourriture sont souvent appris de notre environnement et sont influencés par nos croyances familiales, ainsi que par notre éducation.

De plus, la science suggère que certaines prédispositions génétiques peuvent également augmenter la probabilité de développer un trouble de l’alimentation.

Antécédents de régimes

Troisièmement, la restriction calorique et les tentatives successives de perte de poids peuvent déclencher les mécanismes de protection naturels. Notre corps manifeste alors un besoin accru d’énergie et notre appétit augmente.

Par ailleurs, s’abstenir de certains aliments dits «interdits» peut provoquer des pensées obsessionnelles à leur sujet et un besoin urgent d’en manger.

Consultez notre article sur l’alimentation intuitive pour les végétaliens pour en savoir plus sur la façon dont notre corps réagit aux régimes.

Le véganisme conduit-il à la frénésie alimentaire ?

Les régimes à base de plantes n’est pas la cause des troubles de l’alimentation.

Toutefois, il n’est pas rare de voir des gens choisir le véganisme parce qu’ils rencontrent des difficultés avec la nourriture, l’image corporelle et un sentiment de manque de contrôle sur leur alimentation.

Pour en savoir plus sur la façon dont les régimes à base de plantes interagissent avec les troubles de l’alimentation, lisez notre article sur le véganisme et l’orthorexie.

Une diète végane restrictive et une alimentation mal planifiée pourraient entraîner une relation désordonnée avec la nourriture et un risque plus élevé de crises de boulimie.

De simples changements dans nos comportements et nos sélections alimentaires suffisent parfois à briser le cycle de la boulimie et de la restriction.

Voici quelques stratégies pratiques pour vous aider à prévenir les crises de boulimie en tant que végétalien.

binge eating vegan

Conseils pour éviter les crises de boulimie en tant que végétalien

Nourrissez votre corps

L’une des premières étapes pour prévenir les crises incontrôlables de boulimie consiste à fournir à votre corps suffisamment d’énergie chaque jour. Pour gérer les fringales, choisissez des aliments sains, nourrissants et satisfaisants.

Reconnaissez vos premiers signaux de faim et mangez avant de devenir irritable et douloureusement affamé. Si vous niez votre faim trop longtemps, il y a de fortes chances que vous vous sentiez de plus en plus anxieux de manger et que vous optiez pour des aliments moins nutritifs.

Planifiez vos repas

Lorsque nous mangeons régulièrement et ne sautons pas de repas, notre glycémie reste stable tout au long de la journée.

Parallèlement, lorsque nous sautons des repas, pour nous pousser à manger, notre corps sécrète de plus grandes quantités d’hormones stimulant la faim.

Dans l’ensemble, suivre un régime alimentaire stable diminue la tendance à la boulimie. Une bonne façon d’appliquer cette stratégie serait de planifier un repas ou une collation toutes les 2 à 4 heures.

Choisissez des aliments riches en protéines végétaliennes et en fibres

D’une part, certains aliments sont plus nourrissants que d’autres, en fonction de leur teneur en nutriments.

Par conséquent, choisissez plus souvent des aliments riches en protéines et en fibres.

Les protéines sont connues pour leurs innombrables fonctions métaboliques.  Les protéines ont un impact plus important sur la satiété que les glucides et les lipides. Assurez-vous d’intégrer une source de protéine à chaque repas. 

Les fibres, quant à elles, se trouvent dans de nombreux aliments végétaliens, tels que les légumes, les fruits, les grains entiers et les légumineuses. Elles donnent du volume à nos repas à base de plantes et ralentissent notre digestion, permettant une plus grande satiété.

D’autre part, les aliments hautement transformés augmentent l’appétit. 

L’apport calorique est souvent plus élevé avec les aliments transformés. Toutefois, il sera suivi d’une baisse rapide d’énergie et de nouvelles fringales. 

Découvrez à quoi ressemblerait une assiette équilibrée et comment elle peut aider à prévenir les crises de boulimie en contactant notre équipe de diététistes végétaliennes.

binge eating vegan

Pratiquez l’accoutumance alimentaire en vous exposant aux aliments qui déclenchent l’hyperphagie 

Il peut être difficile de se contrôler autour des aliments associés à la détresse et à la perte de contrôle.

L’une des stratégies souvent utilisées pour essayer de gérer des fringales consiste à bannir les aliments « déclencheurs » du garde-manger. 

Cependant, le problème est que chaque fois que nous avons accès à ces aliments interdits, nous avons tendance à trop manger au point de nous sentir malades. Lorsque nous restreignons notre accès aux aliments que nous désirons, nous entamons le cycle de la boulimie.

Toutefois, lorsque nous nous y donnons un accès régulier, au fil du temps, nous développons de la résilience.

Ce principe s’appelle l’accoutumance : une exposition accrue à un stimulus entraîne une réduction de notre réponse psychologique à celui-ci.

Voici comment vous pouvez pratiquer l’accoutumance à la nourriture. Rappelez-vous toutefois que si l’accès à ces aliments a été restreint pendant une période prolongée, vous pouvez tout de même ressentir des fringales au début du processus.

Autorisez de petites quantités de vos aliments déclencheurs dans votre maison

D’abord, pour un meilleur sentiment de contrôle, vous pouvez réintroduire un aliment à la fois et choisir les petits emballages. Permettez-vous d’intégrer cet aliment à vos repas équilibrés chaque fois que vous en avez envie.

Rendez prévisible l’accès à l’aliment déclencheur

Deuxièmement, vous pouvez choisir un moment récurrent et un endroit prédéterminé pour déguster régulièrement de l’aliment déclencheur. Par exemple, vous pourriez décider de prendre un moment pour apprécier votre glace préférée après le dîner.

Incorporez la nourriture régulièrement dans votre alimentation jusqu’à ce qu’elle ne soit plus associée à la culpabilité et qu’elle puisse être appréciée paisiblement.

Pratiquer la pleine conscience

Troisièmement, tentez de vous connecter avec votre repas en mangeant sans distractions. Certaines des distractions que la plupart des gens emploient durant les repas sont d’utiliser son téléphone, répondre à ses courriels ou écouter une émission. 

Concentrez-vous plutôt sur la texture, la saveur et l’odeur des aliments. Prenez conscience à la joie que qu’ils vous apportent et aux souvenirs positifs qui y sont associés. 

Portez attention au moment où le repas n’est plus aussi agréable qu’à la première bouchée. Faites une pause et demandez-vous si vous voulez continuer à manger ou si vous êtes rassasié.

Répétez ce processus aussi souvent que nécessaire pour renouer avec le plaisir de manger vos aliments préférés.

Pour en savoir plus sur l’alimentation consciente végétalienne, contactez mon équipe de nutritionnistes véganes.

binge eating vegan

Restez hydraté

Bien que l’eau ne remplace pas la nourriture, boire suffisamment d’eau tout au long de la journée peut aider à prévenir les crises de boulimie.

Non seulement l’eau joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de notre corps, elle booste également notre métabolisme et augmente notre niveau d’énergie.

De plus, des études montrent que notre cerveau confond souvent déshydratation et faim. Si vous êtes quelqu’un qui a tendance à oublier de boire de l’eau, vous pourriez parfois confondre soif et faim.

La déshydratation peut causer de la fatigue, des étourdissements et de la confusion, ce qui peut nuire à notre capacité de prendre des décisions judicieuses en matière d’alimentation.

Quelle quantité d’eau est suffisante ?

Est-ce que tout le monde devrait boire 8 verres d’eau par jour? Pas tout à fait. 

Nos besoins en eau peuvent varier en fonction de nombreux facteurs, notamment l’âge, la santé et l’activité physique.

L’indication la plus précise d’une hydratation adéquate est la couleur de l’urine; visez un jaune clair.

La thérapie nutritionnelle peut-elle vous aider à surmonter les crises de boulimie en tant que végétalien ?

En résumé, les troubles de l’alimentation sont courants parmi la population végétalienne.

Un suivi en nutrition peut vous aider à mieux comprendre votre rapport à la nourriture et vous offrir une structure de repas adaptée à vos besoins.

Les diététiciens végétaliens peuvent également vous aider à pratiquer la pleine conscience, tout en s’assurant que votre alimentation fournit à votre corps tous les nutriments essentiels.

Réservez dès maintenant votre première séance avec une diététicienne végane !